En 2005, je me suis rendu, avec un ami, en Inde. Ce voyage a ceci de particulier qu’il m’a (r)amené à la terre de mes ancêtres paternels . Mon arrière-arrière grand-père avait quitté son pays pour l’Ile Maurice.

         C’est en cherchant une part de mon identité dans ce sous-continent, que je me suis mis à assembler une partie de la mosaïque de portraits qui compose l’Inde, à mon sens. J’ai parcouru un mois ce pays, sans jamais me poser réellement. Je l’ai parcouru dans les grandes lignes. J’ai voulu saisir les visages qu’il me montrait : beaux ou laids, ainsi que les images, symboliques ou anodines. Mumbhaï, Agra, Khajuraho, Varanasi, Kolkata, Puri, Chennaï et Cochin ont été des étapes importantes de mon voyage. Le temps m’a manqué pour m’arrêter à Delhi, Gôa ou Bangalore.

         Pour moi, l’Inde est un pays kaléidoscopique où la douceur peut se mêler à la violence où la richesse côtoie la misère, où le beau partage l’affiche avec le laid où la puanteur des rues n’empêche pas le parfum des épices et où la crasse et les murs laissés à l’abandon rehausse la vivacité des couleurs …