Comme les vestiges tribaux d’une ancienne civilisation, je mets en avant des objets quotidiens (faisant littéralement parti des murs) tels des masques africains. Ces réceptacles du sacré appartiennent à un ordre oublié. Dans un monde occidental qui interroge les fondements du sacré, qu’en est-il de nos croyances ?