Je mets en scène les modèles, je les photographie, puis je les travaille : à coup de photocopie N&B, de gouache ou d’acrylique blanche ou noire. Je gratte, je trace à de l’encre de Chine. Je colle des films.

Je joue à partir de la réalité.

J’y déverse mon imaginaire, comme l'encre colore l'eau claire.

Je m’approprie le réel. Je débauche la photographie jusqu’à  la rendre infidèle à la réalité première.